• École primaire de l'Aventure
  • École primaire de l'Aventure
  • École primaire de l'Aventure
  • École primaire de l'Aventure
  • École primaire de l'Aventure

École primaire de l'Aventure

Commission scolaire de la Capitale

Catégorie

Éducation, sports et loisirs


Client

Commission scolaire de la Capitale


Lieu

Québec (Québec) / Canada

Date

2019


Budget

4 M$

Superficie

1200 m.c.


Crédits

Photos © Clément Robitaille


Description

Le projet d’agrandissement de l’école de l’Aventure consiste à l’ajout de sept nouvelles classes. Construite dans les années 1960 sur le boulevard Johnny-Parent à Loretteville, l’école existante était à sa pleine capacité en accueillant près de 165 élèves. L’ajout des nouvelles classes, de même qu’une salle multifonctionnelle et de classes ressources a permis d’accueillir 135 élèves supplémentaires. Le succès du projet repose sur une intégration harmonieuse de l’agrandissement au bâtiment afin de permettre d’offrir des lieux d’apprentissage variés et stimulants. Une attention particulière a été portée à l’implantation de l’agrandissement et au lieu de connexion avec l’école existante. L’analyse des circulations et celle du site ont conduit à localiser le nouveau bâtiment du côté de la rue Loranger, protégeant ainsi une partie de la cour des vents dominants et consolidant le milieu bâti, tout en profitant de la présence des arbres matures sur le site. Près de l’entrée, la salle multifonctionnelle complètement vitrée vers l’extérieur sert d’appel pour l’arrivée des élèves et de vitrine pour l’animation de l’école. Afin d’offrir des espaces riches et variés, le projet prend forme autour du concept de la rue d’apprentissages. Les espaces de circulation sont revus et conçus comme des «zones d’éducation pédagogique innovantes» (ZEPI) et de sociabilité. Ainsi, les salles de classe sont orientées vers le sud, où prennent place de généreuses fenêtres qui permettent un contact fort entre l’intérieur et l’extérieur, et s’ouvrent sur la ZEPI dans lequel du mobilier intégré permet une utilisation flexible de l’espace. Depuis la ZEPI, une grande fenestration sur deux étages, judicieusement positionnée au nord pour minimiser les gains thermiques, se présente comme une interface sur l’activité de la cour d’école.